jeudi 29 septembre 2016

Jessie des ténèbres

Jessie des ténèbres
Yann Rambaud
éditions Hachette 

Le jour, Jessie vit un cauchemar. Au collège, on la harcèle. A la maison, ses parents se disputent. Et pour couronner le tout, à 13 ans, elle est myope comme une taupe. La nuit, Jessie est prisonnière d'autres cauchemars. Elle se "réveille" dans une maison qui grince, pleine de courants d'air et de portes fermées, qu'il lui faut à tout prix ouvrir. Mais au coeur des ténèbres, il reste pourtant un peu de lumière : dans une forêt au fond du jardin l'attendent, chaque mercredi, Alice et ses dingueries. 
Ici, les escargots font la course et les grenouilles savent compter. Et puis, il y a Gaspard...

J'avais adoré Teddy n'a qu'un oeil et bien Jessie des Ténèbres est tout aussi agréable et original. C’est amusant comme la fantaisie de l'auteur reste bizarrement... crédible, on se surprend à sourire et à croire en ses inventions. Absolument jubilatoire, génial, d'une poésie rare, ce roman est une pure merveille. Mais le texte est aussi ancré dans la réalité, celle parfois très dure que connaissent certains élèves, le harcèlement scolaire prenant une place importante dans le récit. Un harcèlement qui monte en puissance jusqu'à atteindre le pire.
J'ai adoré le livre de bout à bout, je l'ai terminé avec les larmes aux yeux. S'il a fallu à l'auteur plus d'un an pour l'écrire, il ne m'aura fallu que quelques heures d'une nuit pour le dévorer. La relation avec la mère, les mystères, les quelques frissons liés à la maison étrange, la forêt si particulière, les animaux, tout est absolument parfait. C'est un récit aux petits oignons ! Impossible de le lâcher une fois commencé, il fait partie de ces livres qu'il est encore plus savoureux de lire d'une traite, et de toutes façons à quoi bon lutter on ne peut pas se séparer des personnages jusqu'au fin mot de l'intrigue. Prochaine étape : m'offrir le tout premier roman de l'auteur, Gaspard des profondeurs ! J'ai déjà hâte de retrouver l'univers si spécial et la sensibilité de cette plume qui m'a déjà enchantée dans deux romans.
Pour couronner le tout, l'auteur dit en postface qu'il va écrire un troisième tome ! Ô joie !
 (À noter, chacun de ces trois volumes - Gaspard, Jessie et le prochain - peut se lire totalement séparément !)
Saperlipopette, je m'en réjouis d'avance !


A lire, à lire, à lire !

mardi 27 septembre 2016

Cette obscure clarté

Cette obscure clarté
Estelle Laure
Editions Hachette
Mon père est à l’asile. Ma mère a pris des vacances à durée indéterminée. Si on apprend qu’elle nous a laissées seules, Wren et moi, on va nous séparer.
 
Après le lycée, il reste le frigo à remplir, les factures à payer, la maison qui tombe en ruines, nos voisins à gérer Heureusement, deux personnes connaissent notre secret : ma meilleure amie Eden, et Digby, son frère jumeau merveilleusement parfait et parfaitement casé.

 
Certains jours, j’ai l’impression que je ne vais pas y arriver. Alors quand, en rentrant du boulot, je trouve le frigo qui déborde ou des muffins encore fumants au pied de l’escalier, je ne peux m’empêcher de me demander : est-ce qu’on cherche à nous empoisonner ? Ou bien, même au cœur des ténèbres, est-ce que l’espoir ne pourrait pas briller ? 

J'ai énormément aimé ce roman ! Mais il était juste trop court ! Je voulais continuer mon bout de chemin avec ces si attachants personnages ! Suivre encore un peu leurs vies, voir grandir Wren, s'épanouir Lucille, évoluer Eden, changer Digby, et enfin en apprendre plus sur ceux qui les entourent. Malgré la gravité des faits, la folie d'un père et l'abandon d'une mère, il s'agit d'une belle histoire de solidarité et d'amitié. La romance est le seul bémol que je mets au livre, sinon je pense qu'il aurait été un coup de coeur.

La promesse de Mirto

La promesse de Mirto
ou comment un premier humain refusa de tuer l'animal
Jennifer Dalrymple
Editions Oskar
Mirto part à la chasse pour la première fois. On lui a expliqué qu’il fallait tuer pour pouvoir vivre. Mais lorsqu’il blesse une marmotte, son coeur se brise. Non, il ne peut pas tuer pour vivre. Aussi, il décide qu’il ne chasserait plus jamais, même si son clan ne partage pas sa décision. Mirto est le premier humain qui refusa de tuer pour se nourrir. Par cet acte, il prouvera à tous que l’on peut vivre sans tuer des animaux.


La promesse de Mirto est un ouvrage unique. Si l'action se déroule durant la période préhistoire, il traite avec pertinence du veganisme. Il n'est peut-être pas simple encore aujourd'hui dans une famille d'omnivores d'avoir un enfant qui refuse de consommer les produits animaux, il est à espérer que les livres comme La promesse de Mirto voient de plus en plus le jour, permettent d'engager le dialogue et mènent vers un respect du choix individuel. 
Tout en étant très accessible, le roman suit le cheminement de l'état d'esprit du jeune garçon qui prend conscience de l'animal comme d'un être sensible. 
Attention malgré son statut de plaidoyer pour la cause animale, La promesse de Mirto reste un véritable récit d'aventure et ne s'entend pas seulement comme un ouvrage didactique. Le lecteur découvre deux garçons qui  vont passer à l'âge adulte et qui vivent une rivalité fraternelle et amicale, ainsi que la parfois difficile relation d'un fils avec son père. 
Prenant et intelligent, je n'ai pas été déçue par cet ouvrage dont j'attendais beaucoup. On peut également apprécier le souci du détail puisqu'il est précisé que la laine et les poils de bêtes qui serviront finalement à Mirto seront ceux perdus naturellement par les animaux (les vegans refusant l'utilisation de la laine puisqu'elle est elle aussi synonyme de souffrance). 
Le style graphique est percutant, fait dans des tons d’ocre, et ce travail d'artiste n'est pas sans rappeler celui des tout premiers artistes bien entendu. 
En résumé, un coup de coeur ! 

lundi 26 septembre 2016

J'étais là

J'étais là 
Gayle Forman

Editions Le livre de poche jeunesse
Quand j'ai appris la mort de Meg, j'ai cru qu'elle me faisait une blague. Une de celles dont elle avait le secret. Elle avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu'il faudrait faire de ses biens. Et même ce fichu mail, envoyé en différé, annonçant qu'elle en finissait avec la vie. Ensuite, il a fallu affronter la pitié des habitants de Plouc-la-ville. Faire face aux questions que je lisais sur tous les visages. Oui, Meg était ma meilleure amie. Non, je n'étais pas au courant. Pourquoi ne m'avait-elle rien dit ? Elle avait eu besoin de moi, et je n'avais pas été à la hauteur. Pourtant, j'étais là.

Si je connaissais l'auteure de nom, je n'avais jamais lu un de ses romans, pensant qu'ils n'étaient pas pour moi. Et puis pour J'étais là, je me suis dit "et pourquoi pas finalement ?" Grand bien m'a pris puisque je n'ai pas lâché mon bouquin une fois commencé. J'ai eu des frissons en le finissant. Tout ce qui concerne l'amitié et les relations familiales sont particulièrement justes. J'ai été surprise de constater que le roman se lisait presque comme un thriller. L'héroïne, Cody, remonte la piste laissée malgré elle par son amie décédée. Au fil des rencontres, des mails épluchés, des corbeilles (d'ordi) déterrées, elle retrace et met le doigt sur les raisons du suicide de celle avec qui elle a grandi. Les surprises ne vont pas manquer et les rencontres décisives pour la jeune fille non plus. C'est le genre de roman que l'on finit mélancolique, en se posant des questions et peut-être en appréciant encore un peu plus la vie. L'auteure revient avec finesse sur les différentes étapes du deuil des proches des personnes qui se suicident, culpabilité, colère, tristesse, des états qui ne cessent de s'entrechoquer. L'enquête et l’intrigue sont bien ficelées et les personnages agréablement dépeints. Le roman fait partie de la littérature jeunesse et pourtant il n'est pas léger, il aborde sans tabou la maladie et la sexualité. À réserver à un public déjà un peu grand, à partir de 13/14 ans.

Kubo et l'armure magique

Kubo et l'armure magique

Kubo est un être aussi intelligent que généreux, qui gagne chichement sa vie en sa qualité de conteur, dans un village de bord de mer. Cette petite vie tranquille, ainsi que celle de ses compagnons Hosato, Hashi et Kamekichi va être bouleversée quand par erreur il invoque un démon du passé. Surgissant des nues cet esprit malfaisant va abattre son courroux sur le village afin d’appliquer une vindicte ancestrale.