mercredi 7 juin 2017

Cette étoile ne s'éteindra pas

Cette étoile ne s'éteindra pas
Esther Earl
Editions Nathan
Tout comme j'avais été scotchée par Nos étoiles contraires, Cette étoile ne s'éteindra pas ne m'a pas épargnée. Après l'avoir reçu (une jolie surprise), je ne pensais pas pouvoir le lire, comprenez je n'aime pas les récits avec des maladies graves, je suis trop émotive, trop sensible pour plonger à coeur ouvert dans la maladie. Et puis, dès le premier jour, j'ai commencé à l'ouvrir (le livre, quoique mon coeur aussi) comme je l'avais d'ailleurs fait pour Nos étoiles contraires, j'ai d'abord lu la fin... puis j'ai lu un peu du début, du milieu, à nouveau la fin, pour finalement le commencé à la première page et le dévorer d'une traite. J'ai pleuré un bon millier de fois. C'est tellement touchant, proche de nous, que l'on finit certaines pages totalement en vrac. A contrario, il y a de nombreux moments drôles aussi donc on se retrouve à alterner sourires et larmes. Etant athée, voire anticléricale, j'ai parfois eu du mal avec toutes les références à dieu et sa miséricorde... Mais l'on peut comprendre que la religion puisse permettre de tenir à cette famille... Mais on remarquera que plus la maladie avance, moins la religion ne sera présente, pire on voit la foi de la mère - pourtant femme de pasteur - se transformer en même temps que la douleur augmente chez sa fille. Comment garder la foi lorsque son enfant a si mal au jour le jour ?
Le texte est toujours juste, il comprend essentiellement des passages du journal intime (durant ces années de maladie, Esther remplira plusieurs carnets) de la jeune fille et des apartés des parents. Esther nous raconte sa vie de lycéenne, ses amies, ses relations avec ses soeurs et ses parents. Esther est une jeune fille adorable, impétueuse, râleuse, patiente, courageuse, impatiente... vous voyez, elle est comme tout le monde pleine de défauts et de qualité, elle est changeante comme tout un chacun, elle est à la fois une adolescente "normale" avec un caractère fluctuant et une jeune fille bien trop mature à cause de ce qu'elle subit. Esther adore lire et écrire. C'est une grande fan du monde d'Harry Potter et elle trouvera beaucoup de soutien dans les groupes de fans crées sur internet. Elle a de nombreux vlogs. Elle aime aussi la plume de John Green, il aura la chance de partager avec elle des moments riches en émotions.
Esther aime aussi dessiner et le livre est parsemé de ses dessins. Au fil des pages et de l'avancement de la maladie, j'ai ressenti un dispersement de la pensée de la jeune fille, la douleur et la fatigue font que l'on a parfois du mal à savoir où elle va. Il faut prendre le livre tel qu'il est, il n'est pas sans défauts du point du vue du style ou même de la construction mais il n'en demeure pas moins un document pertinent. Il est douloureux de connaître par avance le destin de la jeune fille, de la voir rêver d'embrasser un garçon tout en sachant que ce ne sera jamais le cas, de sentir sa souffrance et sa solitude. Pour les adolescents, je pense que cela peut être riche d'enseignement sur l'importance de vivre pleinement et de profiter des siens.

Sorties Poche

Nous les avions en GF, les voici arrivés au format poche !

La Colère des hérissons
J'avais adoré le roman mais je n'avais que l'épreuve non corrigée. L'édition poche reprend la même couverture (que j'aime énormément) donc l'avoir s'imposait.
Clémence et Louis ont 16 ans. Ils sont inséparables depuis la maternelle. Un amour fusion les unit et leurs familles respectives se sont accommodées d'avoir un nouveau membre. Clémence est devenue la fille des parents de Louis, Brigitte et Antoine. Louis, le fils de Jean le père de Clémence. La mère de la jeune fille par contre n'est plus là, tuée par un cancer contracté à force d'utiliser des pesticides pour les besoins de l'exploitation agricole familiale. Ce décès a bouleversé l'ordre des choses, modifié les mentalités du père et de la fille, désormais toutes les terres sont passées en convention bio. Lorsque la lourde menace d'extraction du gaz approche, Jean ne supporte pas l'idée de voir son travail pour faire retourner le sol au propre mis à zéro. Pour Clémence et Louis, une réunion à la mairie, qui voit son maire et de nombreux habitants retourner leurs vestes et semblaient s’accommoder de l'idée que les forages aient lieu, est un fabuleux déclencheur de leur conscience aiguë qu'il faut protéger la terre et que c'est à eux de le faire. Aux jeunes de reprendre le flambeau de la lutte ! Louis et Clémence créent un groupe, Les Hérissons en colère, et ont bien décidés de se faire entendre. Mais leurs actions ne sont pas vues d'un bon oeil par tous... Les personnages m'ont de suite émue et dès les premières pages j'ai eu du mal à retenir mes larmes en sentant la détresse de notre jeune héroïne.

Clémence et Louis sont de beaux personnages principaux. Les deux adolescents sont déjà ensemble dès le début du roman ce qui nous évite une romance qui traînerait en tergiversation. Ils s'aiment et les scènes d'amour sont décrites de la manière la plus poétique qui soit. Attention, leur histoire est belle mais tragique... La suite de mon avis, ICI. 

****************


La pâtisserie de mes meilleures amies et Cupcakes & compagnie font partie de mes séries chouchoutes de ces dernières années. 
Quand on aime, on ne compte pas et les éditions poche moins chères que les éditions grand format sont plus adaptées aux mains pas forcément douces de mon jeune lecteur. De toutes façons, j'aime tellement ces deux séries que je suis ravie de les avoir en double (oui, vous avez le droit de me traiter de folle :D ). 

Excellente surprise pour ces éditions, elles reprennent les illustrations d'origine. Mieux, La pâtisserie des meilleures amies est dotée d'un papier bien blanc (j'ai du mal avec certains livres de poche et la qualité du papier trop fine et jaune), c'est un régal une édition poche qui est aussi soignée qu'un grand format.

La pâtisserie des meilleures amies, tome 1

La vie de Hannah est chamboulée depuis que sa mère s’est remariée. Elle a maintenant un nouveau papa et deux petites sœurs. Et ce n’est pas tout : la famille déménage dans une nouvelle ville pour que la mère de Hannah accomplisse son rêve et ouvre une pâtisserie. Les débuts à la boutique sont difficiles, et sa mère n’a bientôt plus le temps de s’occuper de Hannah comme avant. La fillette propose alors à sa mère de l’aider. Ses talents de pâtissière en herbe seront-ils remarqués par la clientèle ? Hannah arrivera-t-elle à s’habituer à sa nouvelle famille ? Et parviendra-t-elle à se faire des amis avant la rentrée ? L'auteure met en scène le parcours d'une fillette, Hannah, qui déménage et change d'école. Elle décrit comment cet enfant va réussir, assez facilement finalement, à se faire des amies et quelles vont être les difficultés rencontrées en repartant de zéro... la suite de mon avis, ICI.

Pour Hayley, la vie ça n’est pas tous les jours du gâteau ! Ses parents ont divorcé, sa mère a perdu son travail et elle est coincée dans la même chambre que sa petite sœur Chloé depuis qu’elles habitent dans l’appartement de leur grand-mère. Quand rien ne va plus, Hayley a une recette infaillible : dégainer sucre, farine et spatule, pour confectionner de délicieux cupcakes. Car la pâtisserie rend toujours la vie d’Hayley plus douce ! Mais quand sa meilleure amie Artie et elle commencent à s’éloigner, Hayley comprend qu’il va lui falloir un peu plus que du sucre et quelques épices pour sauver leur amitié. Si j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire les vingt premières pages, je me suis finalement vite prise d'affection pour la jeune narratrice. Hayley nous raconte sa vie quotidienne au collège et en famille. Les changements s'accumulent pour la jeune fille dernièrement, et elle a de plus en plus de mal à y faire face. Partagée entre le divorce récent de ses parents et la rencontre de la nouvelle amie de son père, déstabilisée par son déménagement avec sa mère et sa soeur chez sa grand-mère, accablée par la bouderie de son meilleur ami amoureux d'elle et qui demeure vexé d'être rejeté, et surtout assister à la transformation de sa meilleure copine en pimbêche égoïste, cela fait beaucoup d'un coup !... La suite de mon avis, ICI. 

L'amour au subjonctif

Un roman pour les adolescents à glisser dans la poche de leurs sacs à dos avant qu'ils partent en vacances...

Roméo aime Juliette depuis la maternelle. Ce voyage en Italie, il le prend un peu comme sa dernière chance puisque l'année prochaine ils iront dans des lycées différents.
Juliette, elle le trouve bizarre Roméo. Il l'intrigue mais elle a l'impression qu'il ne l'aime pas. Une vieille rancoeur qu'il semble traîner depuis la maternelle.
Il y a les autres 3ème dans ce car qui mène cette classe de latin jusqu'à Naples. Anna et Zoé, les deux amies de Juliette, la première est en quête de ses origines et surtout d'elle-même et Zoé, fantasque, se voit déjà en haut de l'affiche. Merlin profite des excursions pour jouer les pickpockets. Les professeurs ne sont pas en reste, ce sont deux psychorigides et un homme malheureux et paumé qui accompagnent les grands enfants. Pour finir le tableau, on a Tarzan, le conducteur de car, rouleur de mécanique, charmeur et amateur de séries télé romantiques. Sans oublier le chat "Tête de con" dont je me suis demandée où il faisait ses besoins pendant tout le séjour (énigme non résolue à la fin).  De Paris à Rome puis à Pompéi, ce voyage va être riche en émotions et découvertes pour chacun des participants... la suite de mon avis, ICI.

Seuls au monde, tome 1

N'ayant toujours pas acheté la suite de la série en GF, j'ai décidé de racheter le tome 1 en poche afin de continuer la série à ce format (j'ai déjà pris le second tome, il a été lu par Monsieur Bruno qui vous proposera bientôt un avis dessus).

« Ta mère te crie que tu vas louper ton bus. Tu ne prends ni le temps de la serrer dans tes bras ni de lui dire que tu l’aimes. Forcément… Tu dévales juste l’escalier et tu sprintes jusqu’à l’arrêt de bus. Sauf que, si c’est la toute dernière fois que tu dois voir ta mère, tu te mets à regretter de ne pas avoir pris le temps. Y compris de ne pas avoir raté le bus. Là, le mien arrivait, alors j’ai sprinté. »

Dean aurait vraiment dû dire au revoir à sa mère. Lui, son petit frère, ainsi que tous les autres passagers des bus qui devaient les conduire, comme tous les jours, à l’école. Mais comment auraient-ils pu deviner ce jour-là qu’une catastrophe écologique les pousserait à se réfugier dans un supermarché ? Au-dehors, le monde est en proie à des tempêtes qui ravagent leur petite ville, des fuites de produits chimiques rendent les gens violents ou paranoïaques… ou les tuent, tout simplement. Ils sont quatorze, ils ont entre cinq et dix-sept ans, et ils doivent survivre et garder espoir.

J'avais craqué pour le résumé et c'était l'une de mes plus grosses attentes de cette rentrée littéraire. Toutefois, j'avais un peu peur que l’auteure en fasse trop mais elle ne tombe pas, selon moi, dans les écueils du genre = pas de religionalisme à outrance, pas de scènes gores sans raison, pas de romance gnian-gnian... la suite de mon avis, ICI.


Anna et son fantôme

Anna et son fantôme a été un coup de coeur autant pour mon fils aîné que pour moi.
1re partie : Anna est sous le charme. Terrorisée et sous le charme. Les fantômes n’existent pas. Pourtant elle en a croisé un dans son grenier. Son nom est Rodéric. Si elle a très envie de devenir son amie, le fantôme lui, est horrifié à cette idée. Non seulement, il risque de perdre sa tranquillité, mais aussi sa vie. La relation avec les humains est formellement interdite par la loi des fantômes ! Qu’importe Anna est décidée et ne doute pas une seconde de réussir à le convaincre. 2e partie : Anna le constate tous les jours : vivre sous le même toit qu’un fantôme n’est pas de tout repos. Cela frise même la catastrophe, lorsqu’une invitée surprise du nom de Cornélia débarque dans la maison. Ce fantôme turbulent, joueuse de cornemuse et amateur de cosmétiques pour ectoplasmes, a dans ses valises tout un stock de mauvais coups. Pourtant Anna ne subira pas passivement ses farces douteuses. Encore moins, depuis qu’elle soupçonne Cornélia d’être la petite amie de Rodéric.
Anna et son fantôme est un roman attrayant. Cette romance, à peine suggérée toutefois, entre Anna et Rodéric, le fantôme, donne le sourire. Anna a 13 ans, et si au début du récit elle semble penser être la plus malheureuse fille du monde, dans la conclusion elle sent son coeur rempli d'espoir pour le lendemain. A la base de ses préoccupations de départ, il y a le divorce de ses parents et l'emménagement avec sa mère dans une demeure qui tombe en ruine. Maison qu'elle découvre bien vite être hantée par le fantôme d'un jeune garçon (à peine 365 ans au compteur) doux et délicieusement vieux jeu. La suite de mon avis, ICI.


mardi 6 juin 2017

La Belle et La Bête

La Belle et la Bête : Histoire Eternelle

Jennifer Donnelly
Editions Hachette
Il était une fois, caché au cœur de la bibliothèque de la Bête, un livre très mystérieux. 
En le découvrant, Belle va pénétrer dans un univers fascinant. Mais ne dit-on pas que les apparences sont parfois trompeuses ? Belle retrouvera-t-elle le chemin du retour.  L’histoire pourrait bien ne jamais la laisser partir. 

Voilà une belle façon pour les fans de cette magnifique histoire, du film et du dessin animé, de prolonger leur plaisir. L'histoire saura les surprendre par son originalité, l'auteur s'est permis des libertés, mais aussi pa l'authenticité des personnages. Centré sur Belle, le récit retrace une période de sa captivité. La personnification de la Mort et de l'Amour, rend le livre original et prenant. Fourbe, cruelle mais terriblement intelligente, la Mort est une maîtresse de l'illusion, antipathique au possible. Elle crée un univers magique où elle souhaite piéger Belle à jamais. Cette variante du conte original se révèle encore plus féérique et fantastique que l'histoire que l'on connaît si bien. Le jeune lecteur prend plaisir à suivre Belle dans ces différentes escapades et à découvrir ce conte sous un éclairage différent. 

lundi 5 juin 2017

Je suis ton soleil

Je suis ton soleil 
Marie Pavlenko
Editions Flammarion

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s'acharne à les dévorer. Mais ce n'est pas le pire, non.

Le pire, est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d'une inconnue aux longs cheveux bouclés ?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.


Lorsque j'ai commencé Je suis ton soleil, je ne pensais pas que le récit serait aussi touchant et émouvant. Je croyais m'embarquer dans un roman détente avec une lycéenne qui nous raconterait sa petite amourette du moment. Sauf que ce n'est pas exactement ça. A côté de la légèreté que l'on trouve habituellement dans ces romans dits de détente, nous avons une gravité bien présente, une maturité qui plaira non seulement aux lecteurs ados mais aussi à un public adulte. Plus je découvre les oeuvres de Marie Pavlenko, plus je me régale. Après mon coup de coeur pour sa série Marjane, ici, en voilà un nouveau et pourtant nous sommes dans un tout autre registre. L'auteure excelle donc tout autant dans le roman contemporain que dans la fantasy et le fantastique (les lecteurs qui la connaissaient déjà pourront même apprécier des petits clins d'oeil à ses précédents romans habillement dissimulés dans ce récit - même si pour ma part, je n'en ai repéré qu'un seul). Ce que j'ai surtout adoré tourne autour de deux blocs. D'une part, les thèmes sensibles ainsi l'auteure nous parle de sujets douloureux comme l'avortement, la perte d'un enfant, et le deuil non fait. Second point, l'humour, le récit est très drôle, je me suis esclaffée de nombreuses fois, mon plaisir de lecture était donc plus que présent. C'est un roman que je n'hésiterai pas à faire lire à des adolescents puisque l'on y parle d'amitié, de premiers baisers et relations intimes, du bac et de l'avenir, mais aussi à des amies soit parce qu'elles ont un ado à la maison, soit parce qu'elles seront touchées par la mise en lumière de difficultés rencontrées dans la vie d'une femme.
Ce très beau roman accrochera donc le coeur de nombreux lecteurs. 

Keleana, tome 1

Keleana, tome 1 : La prisonnière

Sarah J. Maas
Editions Le livre de poche Jeunesse

Le royaume d’Adarlan, d’où toute magie a été bannie, est gouverné d’une main ferme par un roi tyrannique. Keleana, membre de la secte des Assassins et opposée au pouvoir du roi, est emprisonnée dans les mines de sel d’Endovier depuis plus d’un an. Pour gagner sa liberté, Keleana doit représenter le prince Dorian dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant 4 ans. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir. Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans l’ombre de la cité et la jeune Assassineuse va devoir leur faire face… Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de deux hommes : son entraîneur, le beau capitaine Chaol, et le prince Dorian en personne.

L'univers mystérieux du récit rend le roman trépidant : forces obscures, assassins en tous genres avec son lot de meurtres... L'héroïne est aussi forte qu'attachante. Décrits avec précision, tous les personnages sont atypiques et remarquables par certains points. J'ai aimé le mélange action et romance, car Kealena se retrouve dans un triangle amoureux alors même qu'elle doit lutter pour survivre. L'humour et le sacarsme des dialogues m'ont régulièrement fait sourire. Je suis curieux de découvrir la suite. 

(aparté de LetterBee : si Chevalier des livres a adoré ce premier tome, ce n'est pas mon cas. Enthousiasmée par tous les avis positifs, je l'ai démarré pensant me régaler, hors je me suis principalement ennuyée et les différents protagonistes m'ont souvent agacé. A mon goût, la romance n'était pas adaptée à l'univers sombre voulu par l'auteur, du coup je n'ai pas été emportée par l'action et surtout j'ai terminé le livre en étant assez excédée par les relations entre chacun des personnages. Je ne lirai clairement pas la suite.) 

Shadow Land, tome 1

Shadow Land, tome 1 
Kate Brian
Editions Bayard Jeunesse 
Alors qu'elle rentre chez elle en prenant un raccourci, une jeune fille Rory subie une grave agression de la part d'un de ses professeurs. Très vite, le FBI est sur la piste de cet homme, un dangereux serial killer. Afin de protéger Rory, la famille est placée sous surveillance policière puis leur transfert dans un autre état est organisé. Dans leur nouvelle ville, Rory, son père et sa soeur s'intègrent très rapidement. Mais Rory est toujours hantée par le souvenir de son agresseur. Alors que tous la rassurent sur sa sécurité, elle semble persuadée que ce monstre est à nouveau près d'elle et la guette...




Le roman est écrit à la première personne, le lecteur suit les pensées et actions de l'héroïne. Rory est un personnage sympathique. Elle allie douceur et force. Elle a des visions d'événements très brutaux qui la concerne elle et ses proches, et vit dans la crainte qu'ils se produisent. Le récit mélange ainsi habilement les genres policier et surnaturel.


A côté du mystère et de l'horreur, on a un roman qui flirte avec les histoires habituelles, la vie au lycée, les copains, les romances, les fêtes, etc. Là encore, notre héroïne se démarque en étant la timide et l'intello de la nouvelle bande d'amis. Elle vit dans l'ombre de sa soeur, cette dernière étant tout son contraire, vive et extravertie à l'extrême. On peut apprécier les passages où l'on découvre les tensions entre les filles et leur père, ces moments sonnent particulièrement justes.

En tant qu'adolescent, j'ai beaucoup aimé ce roman essentiellement grâce à l'ambiance angoissante. Je le conseille donc à ceux de mon âge, entre 13 et 16 ans, qui sont friands de thrillers.

Cauchemars

Cauchemars 
Jason Segel
Kirsten Miller
Editions Bayard Jeunesse
Charlie habite avec seulement son père et son petit frère, sa mère étant morte. Une femme vient s'installer en ville, dans le grand manoir violet qui la surplombe. Cette demeure sombre et inquiétante est dite peuplée de fantômes. Quelques mois avant de mourir, sa mère avait même promis à Charlie de lui raconter une histoire concernant cet endroit. Rapidement, cette nouvelle habitante, que Charlie prend pour une sorcière, se marie avec le père du garçon. Les voilà donc tous les trois qui s'installent chez elle. Si Charlie semble si crédule au point de croire aux créatures magiques, c'est parce que lui-même subit des rêves où une sorcière l'entraîne dans un monde, qu'il a nommé "monde des ténèbres", où elle passe son temps à le menacer de le manger. Charlie est certain que ses rêves sont réels et en même temps à l'impression de devenir fou. Il se refuse alors à dormir pour ne pas être enlevé et amené à jamais dans les ténèbres. Finalement, c'est son petit frère qui est pris pour cible et Charlie doit prendre son courage pour aller le sauver.


La description précise des cauchemars rend le livre passionnant. Le récit est peuplé de créatures liées à la mythologie, au folklore, ou même simplement de choses dont tout un chacun pourrait avoir peur : la Méduse, un dragon, un clown, des gargouilles, des gobelins, un cafard, des lapins zombies,  des yurei, ogres, etc.

L'intrigue m'a également happé : va-t-il s'en sortir ? qui est sa belle-mère ? d'où vient le proviseur du collège ? Le lecteur ne cesse de se poser des questions au fil des pages. 
Le héros est attachant par ses manières, et certains cauchemars se révèlent tout autant agréables à suivre, en particulier Méduso, le fils de la Méduse. J'ai aimé retrouver la même ambiance que dans Chair de poule. La série sera en trois volumes, c'est une excellente nouvelle, j'ai hâte de lire la suite.

Complots à Versailles

Complots à Versailles 
Annie Jay 
Editions Hachette 
Versailles. À la cour du Roi Soleil, Cécile et son amie Pauline, qui vient d'être nommée demoiselle d'honneur de la reine, découvrent un monde d'éclats et de lumières. Mais c'est aussi un univers de complots et de secrets. Ensemble, elles vont vivre une incroyable aventure, en faisant attention à ne pas se laisser éblouir par tout ce qui brille !

Une nouvelle édition pour cette série très connue et appréciée par les jeunes lecteurs et souvent recommandée aux collégiens. Pour ma part, c'est une découverte. Malgré une couverture girly, une époque et un lieu qui ne m'attirent normalement pas, j'ai été surpris d'accrocher autant à cette lecture. Commençant le premier à reculons, je l'ai fini très rapidement et j'ai enchaîné avec les 3 autres. Au travers de tous les tomes, j'ai trouvé les intrigues pertinentes, vraiment bien menées. Riches en action et en romance, elles nous entraînent dans le monde du roi Soleil et de sa cour, un monde pas si rose que ça finalement. Le récit est accessible malgré un langage riche, l'humour est également bien présent. Le lecteur se laisse facilement porter par les aventures intrépides des deux jeunes filles et de leurs amis. 

Concernant l'édition, on pourra apprécier les toutes nouvelles illustrations de couverture. Seul regret, le numéro des tomes n'est pas indiqué, il est difficile de savoir à quel tome chacun se réfère. Il est intéressant de les lire dans l'ordre, certains éléments s'imbriquant les uns aux autres, on peut donc regretter ce manque. 

mercredi 12 avril 2017

Caraval, tome 1


Caraval, tome 1 
Stéphanie Garber
Éditions bayard

Scarlett et Donatella grandissent dans l'ombre d'un père tyrannique et violent. Cet homme de pouvoir, un gouverneur riche et puissant d'une petite île, souhaite marier l'aînée de ses filles de 17 ans à un homme qu'elle ne connait pas.
Caraval est un jeu légendaire et fabuleux qui se déplace d'île en île, et qui est mené par des comédiens dont le plus connu, le maître du jeu, se fait appeler Légende. Ce jeu prête à la fois à la magie et au spectacle. Chacun souhaite y participer et en particulier les deux fillettes, leur imagination liée à ce jeu leur permet de se sortir de leur quotidien lugubre. Elles caressent donc le doux rêve d'être un jour invitées à y contribuer. Jusqu'au jour où enfin, elles y sont conviées. Là-bas, en passant une porte, nos héroïnes découvrent un monde surprenant. Magie ou réalité ? Il y a du Alice aux pays des merveilles et du Voyage de Chihiro dans ce roman au décor vénitien. Les trahisons, les coups-bas, la violence ne seront pas épargnés aux personnages. Mais l'amour d'un jeune marin et celui fraternel si fort viendront peut-être à bout de toutes leurs épreuves.

Vous êtes vous aussi invités à entrer dans le jeu !