mercredi 30 mars 2016

Sauveur & Fils, saison 1

Sauveur & Fils, saison 1
Marie-Aude Murail 
Editions L'école des loisirs
Quand on s'appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d'affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s'évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14, 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme... Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s'occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazarre, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ? 

En finissant Sauveur & fils, j'ai su pourquoi Marie-Aude Murail demeurait mon auteur préféré : parce qu'elle m'enchante avec ses personnages et leurs dialogues, parce qu'elle me régale avec leurs bouts de vies et leurs quotidiens si proches de notre réalité.
Je n'ai pas le même avis que mon mari sur le roman (lire sa chronique ICI), moi j'ai ri. Plusieurs fois et tout haut, je me suis esclaffée. Alors oui, le roman n'est pas que drôle, loin s'en faut mais ce n'est pas un livre morose, il y a juste des passages profondément tristes (ceux qui touchent à des problèmes cruels, violents comme la pédophilie) et sensibles.
A travers les patients de Sauveur c'est un très large panel de pathologies cliniques qui sont examinées. Le passé du psy et de son fils explore à son tour un éventail de qualités et défauts de l'homme. L'auteur examine les travers humains à la loupe et les étalent des petits défauts jusqu'au pires des comportements.
Outre les maladies mentales, plusieurs thèmes reviennent ainsi régulièrement comme le racisme. Le racisme "ordinaire", les petites phrases dites ou pensées par chacun, et le racisme plus profond, presque assumé désormais, la haine de l'autre, de l'étranger qui semble si différent.
Dans Sauveur & fils, le divorce est souvent la source des déséquilibres familiaux, finalement tous les jeunes patients vivent soit avec un seul parent soit ont des familles recomposées.
Malgré toutes les douleurs traversées par chaque personnage, le lecteur finit le livre avec le sourire, sûrement parce que chaque protagoniste s'est avancé sur la voie de la guérison et de la résiliation.
Le roman pourra alerter, faire réfléchir, peut-être donner aux lecteurs ados des pistes, développer des envies de communiquer plus avec leurs parents. La bienveillance de Sauveur semble rejaillir un peu sur nous après ces heures passées en sa compagnie.
Le récit se termine, cela pourrait être un one-shot mais il y aura une suite. Tant mieux ! 

Sortie le 13 avril. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire